Irma (Cam) + guest

samedi 15 décembre 2012 - 20h30

- Annulé -
Production Label LN
Ouverture des portes  19H30
Artistes

Attention, pour des raisons indépendantes de notre volonté le concert d’Irma est annulé, le remboursement des billets est possible sur le lieu d’achat jusqu’au 15 janvier 2013.

Pas de doute, Irma fait partie de la génération capable de tout. Capable de faire tomber les œillères des a priori et d’outrepasser les frontières des catégories. Irma est une personnalité composite, une identité en transit. Multiple mais singulière sa musique s’inscrit dans ce fertile sillon pop et soul, pour définir son style. Sorti en février 2011, « Letter to the Lord » son premier album est succès.

Née à Douala et originaire de Bangangté dans l’Ouest du Cameroun, Irma débarque à Paris en 2003, histoire de poursuivre ses études secondaires. Elle a quinze ans et déjà bien du talent. C’est le début d’une nouvelle vie pour l’adolescente qui découvre les voix de la nu-soul et les chanteurs « à guitare » comme elle dit. A commencer par Ben Harper à travers « Live from Mars », un album de chevet offert par sa mère, et « Change The World » d’Eric Clapton, déniché dans la collection de son père.

C’est d’ailleurs avec des reprises de ses héros que la jeune guitariste et mélodiste camerounaise va bientôt faire entendre sa différence de style sur la Toile. Elle va poster à partir de 2007 des vidéos sur Youtube : une version de « Au Suivant », inspirée par la version de -M-et Camille qu’elle a vue dans « Taratata » pour commencer, et puis « I Want you Back » des Jackson 5, « New Soul » de Yael Naïm, « After I’ve Gone » d’après Django Reinhardt. Les réactions ne se font pas attendre : beaucoup de ses fans veulent en savoir - en avoir – plus. Entendre son propre univers. Ce sera « Letter To The Lord », un original filmé en noir et blanc, qui figure désormais en introduction de cet album. « J’y décris le processus pour m’inspirer. J’écris au seigneur pour qu’il m’envoie des accords. Une lettre d’amour. », commente celle qui ne manque pas de faire des allusions à sa foi, « très importante ». Elle postera plus tard sur Internet la superbe ballade « Somehow », un piano-voix qui clôt le recueil et ouvre d’inédites perspectives pour cette auteur, compositeur et interprète, qui compose avant tout sur la guitare des chansons souvent douces, parfois amères, qui lui ressemblent bel et bien : à la séduction clinquante, Irma préfère le charme subtil des demi-teintes.

Le buzz grimpe tant et si bien qu’au début de l’été 2008, elle reçoit des courriers électroniques de producteurs alléchés. Dont l’une des grandes oreilles de My Major Company, qui tombe sitôt sous le charme du refrain de « I Know ». Dès lors, tout va très vite. En août 2008, la belle inconnue de tous, ou presque, parvient à séduire 416 internautes coproducteurs le temps d’un week-end : en tout juste 48 heures, elle réunit autour d’elle les 70 000 euros nécessaires pour enregistrer son premier album. « C’était tout simplement incroyable, parce que nous avions tablé sur cinq mois pour rassembler la somme. ». Elle signe ainsi son entrée chez My Major Company par un record jusqu’ici inégalé !

Comment tout définir en une phrase quand on sait la largeur des influences qui composent ce disque en forme d’ovni. Elle doit autant à Cat Power qu’à Eric Clapton, aux Fugees qu’à Queen, mais aussi Régina Spector et Fink, l’étoile de l’écurie Ninjatune.

L’Autre Canal est un Établissement Public de Coopération Culturelle géré par la Ville de Nancy, la Région Grand-Est et le Ministère de la Culture - Direction Régionale des Affaires Culturelles du Grand-Est. Il bénéficie du soutien de la Métropole du Grand Nancy.